Les coopératives, une alternative durable pour remédier à la crise?

SeaFrance, reprise par ses salariés sous forme d'une SCOP

SeaFrance, reprise par ses salariés sous forme d’une SCOP

La question des coopératives comme remède à la crise est de plus en plus souvent évoquée. Les entreprises coopératives participatives, plus répandues en France et plus connues sous l’appellation de SCOP, présentent des caractéristiques et des modes de fonctionnements intéressants, qui s’inscrivent dans une démarche de durabilité. Ces caractéristiques font qu’il est permis de croire qu’elles ont un bel avenir devant elles.  De plus en plus de voix s’élèvent pour dire que nous ne traversons pas une crise, mais que nous traversons une période de changements profonds, et qu’il y a lieu d’adapter notre système pour redresser la barre.

A y regarder de plus près, pas mal d’arguments plaident en faveur de ce type d’entreprise comme modèle crédible, qui peut jouer un rôle important et positif pour l’économie et pour notre société. Parlons de l’implication des employés dans les processus de décision, mais évoquons d’abord tout simplement leur rôle et leur aspiration au sein de l’entreprise. Plus personne ne conteste le fait que le rôle des collaborateurs a profondément évolué au sein des organisations. Le développement des technologies a eu pour effet d’augmenter les performances des organisations, mais aussi de complexifier les processus, et d’augmenter donc le degré d’expertise nécessaire à la maîtrise de ces processus. Autrement dit, chaque collaborateur devient un maillon indispensable dans la chaîne de processus, de par son savoir et son expertise.  Prenons l’exemple du service facturation d’une entreprise, ou le processus induit par un système ERP est plus complexe à maîtriser, comparé à l’époque où l’on établissait les factures à la machine à écrire. Par le passé, Il était plus facile de reprendre le travail de quelqu’un au pied levé en cas d’absence, qu’aujourd’hui.  Le travail de chacun présente beaucoup plus de valeur ajouté, et l’expertise que chacun peut développer représente une valeur ajoutée indiscutable, qui profitera pleinement à l’entreprise. Cette complexification et cette maîtrise des processus fait que chacun développe la capacité à pouvoir travailler de façon autonome, ce qui accroit la confiance en soi et  change la perception que l’on a de son travail. Il est bien connu qu’une façon de pouvoir déléguer efficacement, c’est de confier non pas une tâche, mais un processus de façon à ce que l’employé qui se le voit confié, perçoive la finalité de ce qu’il fait.  La valeur que représente donc l’expertise développée par chacun et le besoin de mettre du sens à son travail, fait que l’employé éprouve le besoin de se sentir plus impliqué dans la vie de l’entreprise. L’entreprise coopérative participative répond à ce besoin qui s’inscrit de plus en plus dans l’air du temps.

Une autre composante caractéristique des coopératives participatives, c’est la répartition équitable d’une partie des bénéfices dégagés par l’entreprise. Chaque employé ayant la possibilité d’acquérir une participation dans le capital de l’entreprise percevra une rémunération de ce capital, ce qui le motive aussi à donner le meilleur de lui-même. Ce modèle d’entreprise qui rétribue plus équitablement les personnes qui y travaillent, est à l’opposé des entreprises rémunérant toujours plus leurs actionnaires, et imposant toujours plus de restrictions au niveau salarial. D’un point de vue socio-économique, le modèle participatif contribue à améliorer le pouvoir d’achat des employés, ce qui est bon pour la consommation et l’économie. C’est là que réside actuellement un des problèmes, c’est-à-dire l’écart entre les plus hauts et les plus bas revenus ne fait que croître, menant au constat de la disparition progressive de la classe moyenne. Ce phénomène est engendré par une économie capitaliste qui, à moyen terme, ne fait que détruire son marché. Faute de pouvoir d’achat, qui achètera encore vos produits ou vos services ? L’essoufflement de l’économie et le manque de reprise ferme n’amène-t-il pas à faire ce constat ?

Autre point essentiel dans ce modèle d’entreprise, c’est la vision à long terme et le mode de gestion qui en découle. Le modèle coopératif participatif privilégie le développement sur tous ses aspects, humain, économique, et non uniquement sur le profit. Le profit sera pour une partie, réinvesti dans l’entreprise, l’autre partie étant redistribuée au coopérateur suivant une limite préalablement établie. En aucun cas il ne constituera une finalité en soi ni le seul critère de performance. Pour pérenniser une entreprise, celle-ci doit évoluer suivant les besoins du marché, essayer d’anticiper ceux-ci,  et développer de nouveaux produits ou services s’inscrivant dans cette évolution. Ceci nécessite un processus de créativité et d’innovation permanents, processus qui nécessitent du financement. Le fait d’engranger des bénéfices permettra à l’entreprise de s’autofinancer, et donc d’être moins dépendante du crédit extérieur, générateur de charges d’intérêts.  Autre avantage d’avoir des réserves financières, c’est le fait de pouvoir faire face à ces engagements durant les périodes de mauvaise conjoncture économique, et ainsi donc d’éviter la cessation de paiement, voir même la faillite.

Au sein de l’économie classique, le profit constitue le point de préoccupation principale, et la tendance en matière de rémunération des actionnaires est clairement à la hausse, au point que certains économistes s’inquiètent quant à leur capacité future d’investir dans leur développement, faute de disposer encore de suffisamment de moyens.

Le modèle coopératif participatif est-il le modèle pour sortir de la crise ? A chaque problème, il n’y a pas qu’une et une seule solution, mais ce modèle d’entreprise constitue une piste intéressante parmi d’autres. Comme l’avait évoqué Jean-François Coutelier, fondateur de Damnet, la SCOP ne constitue pas la panacée universelle, mais ce modèle d’entreprise, du fait qu’il prend en compte une série de critère durable, est beaucoup plus contraignant, ce qui ne signifie pas pour autant que ce soit un désavantage. Ce modèle d’entreprise prend en compte tous les dimensions liées à son activité, et essaie d’en réduire les impacts négatifs. Il est très facile d’optimiser ses bénéfices, tout en négligeant certains aspects, dont les conséquences seront à charge de la collectivité. Je pense, par exemple, aux sociétés pétrolières engrangeant des bénéfices plantureux, mais dont l’impact négatif sur l’environnement est à charge de la collectivité. Or, s’imposer des contraintes peut être un excellent stimulant pour développer la créativité et élaborer des solutions originales et innovantes, et entretenir ce mouvement perpétuel nécessaire à la vie d’une entreprise.

En France, le mouvement de création de SCOP prend de plus en plus d’ampleur, constituant une alternative pour des salariés de pouvoir sauver leur entreprise de la cessation d’activité. Des statistiques mettent en évidence que les SCOP ont un taux de survie supérieur à celui des entreprises classiques. Ce modèle d’entreprise qui revêt plus de sens pour ceux qui y travaillent, et qui prend en compte l’environnement, ne constitue-il pas une économie à visage humain qui permet de rapprocher l’homme de celle-ci, économie qui doit être à son service et non l’inverse ?

Quelques infos sur les SCOP : http://www.les-scop.coop/sites/fr/

Advertisements

About Eric Saint-Guillain

After 18 years as employee as accountant and controller for international companies, I launched my own activity in 2007 as financial consultant and interim manager. I am also investing time in non-profit organization. I am always pleased to learn everyday.
This entry was posted in Articles and tagged , , , . Bookmark the permalink.

One Response to Les coopératives, une alternative durable pour remédier à la crise?

  1. Pingback: Les coopératives, une alternative durabl...

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s