Interim management: deux trois choses à retenir.

Project-ManagementL’interim management, ou management de transition, est un concept qui prend de plus en plus d’ampleur. Dans une économie où les choses changent de plus en plus vite, où les entreprises doivent faire face à certaines situations de changement et ont besoin de services ponctuels, l’interim management apporte une réponse à ce besoin. L’interim manager est une personne dont les sociétés contractent les services de façon temporaire, et ce à différents niveaux; que ce soit à un niveau managérial ou à un niveau plus opérationnel, plus technique. La frontière entre interim manager et consultant n’est pas toujours simple à définir, mais à ces deux termes, je préfère celui de praticien, ‘practioner’ comme disent les anglo-saxons. Autrement dit, pas celui qui va dire comment faire, mais  bien celui qui fait, qui exécute. Son haut degré d’expérience et d’expertise dans un domaine d’activité donné, lui permettra d’apporter des réponses immédiates à une problématique donnée. L’ interim management doit pouvoir rapidement rentrer dans le jeu.

Votre serviteur décida il y a un peu plus de six ans de prendre cette direction comme nouveau challenge professionnel. Ces six années ont été émaillées d’un environnement économique instable, avec notamment la crise financière de 2008 et la problématique des dettes souveraines. Un tel environnement a pour effet que les entreprises resserrent les cordons de la bourse, et que les opportunités deviennent plus rares. Il s’ensuit plus de personnes disponibles sur le marché pour moins de missions disponibles. Dans un tel contexte, comment optimiser ses chances d’obtenir des opprtunités? A cette question, et au gré de ma propre expérience, je voudrais faire part des choses suivantes:

–        Se concentrer sur ce que vous faites le mieux. Oliviero Tuscani, le photographe très controversé du groupe Benetton disait qu’ “Il ne faut pas seulement être le meilleur, il faut être unique”. Autrement dit, concentrez-vous sur ce que vous faites de mieux, afin d’offrir le meilleur service, et de pouvoir afficher des critères de différentiations par rapport à vos concurrents (bien qu’ici, je parlerais plutôt de partenaires). A contrario, ne promettez jamais à un client ce que vous ne pouvez faire. Si dans le cadre d’une mission, vous êtes confronté à un problème que vous ne pouvez résoudre, ou pour lequel vous ne pourrez pas apporter de solution suffisamment qualitative, faites-en part au client, et proposez-lui une autre solution, par exemple en renseignant quelqu’un que vous connaissez et qui dispose de la compétence nécessaire pour résoudre ce problème.

–        Saisir les bonnes opportunités. On dit que rien ne coûte plus cher qu’une opportunité manquée (“Nothing is more expensive than a missed opportunity”), mais tout n’est pas à prendre pour autant. Le tout est de savoir ce qu’est une véritable opportunité. Une opportunité est quelque chose qui vous permettra de donner le meilleur de vous-même, mais qui vous fera avancer aussi, qui vous apportera une expérience supplémentaire. Cette dernière sera un tremplin vers de nouveaux challenges. Lorsqu’on commence une carrière en tant qu’indépendant, on a tendance à ratisser large et à prendre ce qui se présente pour faire tourner la machine. Ceci étant, certaines propositions faites seront plus des pertes de temps qu’autre chose et ne contribueront pas à valoriser votre expertise, ni à accroître votre expérience.

–  Le respect de l’engagement et une attitude professionnelle. Cet aspect des choses revet un caractère tout aussi important que les compétences. En effet, le client doit pouvoir compter sur vous. Non seulement, il paie le prix pour avoir vos services, et il est normal qu’il en ait pour son argent, mais en plus, votre travail contribue également à atteindre les propres objectifs de l’entreprise. Votre propre réussite et celle du client sont toute les deux liées. L’attidude, l’engagement, sont des composants essentiel de votre réputation. Comme vous le savez, il faut du temps pour bâtir une bonne réputation….et quelques minutes pour la détruire, surtout à l’ère des réseaux sociaux.

–  Bien choisir ses partenaires. Une des caractéristiques de l’interim management, est que les sociétés qui s’adjoignent les services d’interim mangers, font souvent appel à des sociétés spécialisées en recrutement de ce type de profil. Bien que la marge que prennent certains rectruteurs sur les montants prestés et facturés, représente un coût plus élevé pour le client final, ce dernier fait néanmoins appel à ce type de société pour épargner du temps à la recherche de candidats. Les sociétés de recrutements, avec lesquels les interim managers établissent une relation de partenariat, sont donc à même de proposer les bons candidats répondant au profil souhaité. Le mot partenariat prend ici tous son sens. En effet, chacun des intervenants sert l’autre. Si le client est content des prestations de l’interim manager, il retravaillera probablement dans le futur avec ce dernier, ce qui est positif pour lui, mais également pour la société de recrutement. Il est malheureusement à déplorer de voir certaines sociétés de recrutements, privilégier des objectifs purement commerciaux au détriment de la qualité du recrutement et du partage de la valeur ajoutée, n’hésitant pas à brader les prix, et à essayer de faire travailler des interim managers au rabais. Si dans les moments de crises, ce genre de contrat semble une solution à défaut d’avoir autre chose, ceux-ci vous seront préjudiciables à plus long terme. L’information circule vite, et si l’on sait que vous acceptez de travailler au rabais, vous risquez de ne plus vous voir proposer que ce type de contrat. Retenez une chose: un service a un prix. A vous d’offrir la qualité qui mérite un tel prix. Retenez aussi cette expression: “The bitterness of poor quality remains long after the sweetness of low price is forgotten”.

–  Anticiper les périodes de ralentissements. Cet aspect des choses a un lien avec le point précédent. Lorsque vous terminez une mission durant une période de crise, trouver une nouvelle mission s’avère plus compliqué, et il n’est pas rare de se retrouver sans travail durant plusieurs mois. L’année 2008 fut un mauvais souvenir pour pas mal d’interim manager. C’est pourquoi il faut toujours anticiper ces périodes difficiles, en constituant une réserve financière. Les fonds propres que vous conserverez vous permettront de mieux résister à ces périodes de creux, et vous éviteront d’être contraint à accepter des contrats au rabais. Outre le fait de pouvoir faire face à des périodes de récessions, le fait de disposer de marges de manoeuvre vous donnera aussi le loisir de pouvoir choisir vos missions.

–  Rentabiliser son temps. Le temps est le bien le plus précieux pour l’interim manager, comme pour tout indépendant. Lorsque vous êtes sans mission, mettez ce temps à profit pour faire ce que vous n’avez pas le temps de faire lorsque vous êtes en mission. Suivez des formations où des séminaires, reprenez contact avec des gens de votre réseau, remettez votre carnet d’adresse à jour. Des petites choses qui s’avèrent extrêmement utiles.

–  Entretenir et developper votre réseau. Le réseau est “l’outil” indispensable pour l’interim manager, comme pour la plupart des gens soucieux de vouloir saisir de belles opportunités de carrière. En parlant de réseau, on parle bien sûr des réseaux sociaux, sans oublier que derrière celui-ci, existe un réseau bien réel. Aussi, la création d’un profil sur un outil tel que LinkedIn, où vous mettrez en valeur vos compétences et expériences, est indispensable de façon à augmenter votre visibilité. Soyez actif, partagez des avis, des informations au travers des groupes de discussions de façon à construire votre réputation, ainsi que votre réputation numérique, mais aussi de façon à rester informé. Comme je l’évoquais, le réseau au sens large est un des éléments clés pour faire fonctionner votre activité. Communiquez avec lui, mais soyez aussi surtout à l’écoute de celui-ci, de façon à savoir ce qui se passe autour de vous, de voir comment évolue le marché, quelles sont les tendances. Lorsque l’on travaille sur une longue mission de plusieurs mois, voire d’un an ou deux, et que le paiement de vos factures tombe chaque mois à l’échéance, une douce euphorie vous gagne, et vous risquez facilement de perdre contact avec le monde extérieur. Les choses se passent peut-être bien pour vous, mais l’environnement économique général peut s’avérer être mauvais. Un changement de situation peut survenir rapidement, et il faut pouvoir y faire face. Pour faire court, restez informé et anticipez. Soyez aussi un ambassadeur au sein de votre réseau. Si vous ne pouvez répondre à une demande d’un membre de votre réseau, n’hésitez pas à le mettre en relation avec une autre personne qui pourra satisfaire cette demande. Ces deux personnes sauront s’en souvenir, et le retour d’ascenseur se fera un jour ou l’autre. Dans la mesure où aujourd’hui, chaque domaine d’activité regroupe un ensemble d’expertises spécifiques que chacun ne possède pas, voyez vos contacts comme des partenaires aux compétences complémentaires et non comme des concurrents.

Ces quelques réflexions sont le résultat de ma propre expérience. Je pourrais en citer bien d’autres. Pour résumer ceci, un conseil: visez l’excellence, tant dans la qualité de vos services, de votre expertise, que dans la qualité des relations que vous établissez avec vos partenaires, des relations où chacun sera valorisé et reconnu pour ce qu’il apporte comme valeur ajoutée. Au vu de l’évolution du monde du travail, le marché de l’interim management a de beaux jours devant lui. Néanmoins, les revirements de situation économique présentant des amplitudes beaucoup plus forte qu’avant, mettront tout un chacun devant des situations plus difficiles. Tout indépendant conscient sait pertinemment bien qu’il connaîtra inéluctablement des mauvaises périodes. Miser sur ses meilleurs atouts et offrir le meilleur, permettra à tout un chacun de se différencier et de tirer son épingle du jeu.

Advertisements

About Eric Saint-Guillain

After 18 years as employee as accountant and controller for international companies, I launched my own activity in 2007 as financial consultant and interim manager. I am also investing time in non-profit organization. I am always pleased to learn everyday.
This entry was posted in Articles and tagged , , , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s