Il n’y a pas d’âge pour entreprendre.

Nicolas Hayek, fondateur de Swatch, entrepreneur durant toute sa vie.

Nicolas Hayek, fondateur de Swatch, entrepreneur durant toute sa vie.

S’il y a une question que l’on entend souvent être posée, c’est de savoir quel est l’âge idéal pour entreprendre. En regardant autour de soi, on constate que pas mal entreprennent dès leur plus jeune âge. D’autres se découvrent entrepreneur plus tard, suite parfois à des circonstances qui les ont poussé à la réflexion, et à se demander ce qu’ils voulaient vraiment faire de leur vie.

Comme déjà évoqué dans d’autres articles, et par d’autres, entreprendre est quelque chose qui se prépare, un projet où il faut penser aux bénéfices que l’on peut en retirer, mais aussi aux risques potentiels que l’on est prêt à assumer.  Celui qui entreprend dès son entrée dans la vie active sera sans doute plus enclin à prendre des risques que quelqu’un de plus âgé. Ceci étant, tout dépend aussi de la nature et de l’envergure de votre projet d’entreprise. Créer une entreprise qui développera et fabriquera des produits demandera beaucoup plus d’énergie, de capitaux et engendrera plus de risque, que de se lancer dans une activité de consultance, par exemple, où l’investissement matériel de départ est relativement limité. Autrement dit, il y a plusieurs types d’entrepreneurs.

Dans un cas comme dans l’autre, il s’agit toujours d’entreprendre. On décide d’entreprendre parce que quelque part, on est conscient de sa valeur, mais aussi parce que l’on souhaite prendre son destin en main, et concrétiser ses propres objectifs. Dans beaucoup d’entreprises, l’âge est souvent perçu comme quelque chose de pénalisant. On vous considère comme une personne qui devient de moins en moins productive, moins performante, alors que l’âge n’est finalement qu’une question d’état d’esprit. Certains deviennent vieux avant l’âge, se contentent simplement de faire leur travail sans plus. On tient fort peu compte finalement du rapport coût/valeur ajoutée. Dans ce rapport, c’est bien sûr le facteur valeur ajoutée qui sera le facteur prépondérant.  Pour peu que l’on soit motivé, que l’on aime son travail, et que l’on souhaite progresser de façon constante, ce facteur ne fera que croître.

Je voudrais évoquer l’histoire d’une rencontre que j’ai faite il y a quelques années, lorsque je commençais ma vie de freelance. Je ne pourrais oublier cette rencontre qui s’est déroulé la veille du début de ma première mission.               J’étais à une réception de mariage d’un ami, et j’aperçu une personne dont le visage ne m’était pas inconnu. En devisant avec mon ami, il s’avéra que j’avais en fait lu un article concernant ce monsieur dans un journal spécialisé en ressources humaines.  Mon ami nous présenta l’un à l’autre, et nous eûmes  une discussion qui restera pour moi à jamais gravée dans ma mémoire. Ce monsieur, ingénieur chimiste de formation, travaillait en tant que salarié au sein d’un grand groupe pharmaceutique.  Alors qu’il arborait toujours une réelle motivation malgré le début de la soixantaine, son employeur lui fit une proposition de mise à la pension. Il refusa catégoriquement cette option, n’étant pas prêt à abandonner une fonction qui la passionnait toujours. Au terme d’une période de tension entre lui et son employeur, il fut licencié. Comme le prévoyait la législation, il entama une procédure d’outplacement, mais aussi une période de réflexion intense quant à son avenir.  En de telles circonstances, faire un bilan de compétence et identifier ses aspirations, vous permet d’y voir plus clair et de tracer un nouveau chemin, le chemin d’une nouvelle vie professionnelle, mais personnelle aussi. De par son expérience acquise mais aussi de par ses centres d’intérêts, une idée de projet commença à émerger. En effet, ses compétences professionnelles, mais aussi sa connaissance de 6 langues différentes dont le mandarin, sa connaissance et sa passion pour la culture asiatique, lui permirent d’envisager une activité en tant que conseiller pour les entreprises souhaitant s’implanter et de développer sur les marchés asiatiques. A ce jour, il est reconnu comme consultant certifié auprès des différentes chambres de commerces du pays, ainsi qu’auprès d’agences à l’exportation.  Une chose assez cocasse que je ne pourrais omettre de mentionner, c’est que la société qui l’avait licencié, contracte ses services pour diverses missions. Allez donc comprendre !

Cette petite histoire met en lumière une série de choses. Entreprendre ne peut se faire sans passion. Pour paraphraser Confucius, faire ce que l’on aime ne donne pas le sentiment de travailler. A tout moment, nous pouvons prendre notre destin en main, et refuser ce que l’on veut nous imposer de façon arbitraire, mais cela ne peut se faire que si l’on se dote d’outils, de moyens pour pouvoir choisir des voies alternatives. Autrement dit, plus on se passionne pour des choses, plus on apprend et plus on acquiert des compétences, plus on se donne des possibilités de relever de nouveaux défis, on se donne des possibilités de pouvoir choisir. On ne travaillera sans doute plus de la même manière, mais peut-être d’une manière qui nous donnera encore plus de satisfaction et de possibilités. Des statistiques ont montré que les gens qui restent actifs même en étant plus âgés, présentent un meilleur état de santé physique et psychique.  Rester actif permet de se mesurer, de pouvoir progresser encore, mais aussi de se sentir utile. Lorsque l’on aborde les choses de cette manière, on ne perçoit pas le travail comme une contrainte, mais comme quelque chose d’épanouissant, qui apporte encore une richesse intérieure. L’oisiveté n’est pas un rêve, mais bien une illusion.

A la question de savoir s’il y a un âge pour entreprendre, la réponse est pour moi clairement non.  Que l’on démarre une entreprise ou un projet associatif, entreprendre, c’est jouer un rôle citoyen au sein de la société. Entreprendre, c’est aussi vivre et non simplement exister.

Advertisements

About Eric Saint-Guillain

After 18 years as employee as accountant and controller for international companies, I launched my own activity in 2007 as financial consultant and interim manager. I am also investing time in non-profit organization. I am always pleased to learn everyday.
This entry was posted in Articles and tagged , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s