Entreprendre et la crainte d’échouer

thomas-edisonPour la plupart des entrepreneurs, décider de créer sa propre entreprise est le résultat de l’envie de réaliser un rêve. Il n’en reste pas moins que ce genre de décision ne se prend pas toujours facilement. Beaucoup d’entre eux savent que pour certains, le rêve s’est parfois terminé en cauchemar. La crainte d’échouer est souvent un élément bloquant pour celui qui veut entreprendre. Si cette crainte est bien légitime, est-ce pour autant qu’elle vous empêchera d’entreprendre ? En d’autre terme, est-ce que celui lance son entreprise est forcément quelqu’un qui ne craint rien ? A moins d’être un parfait inconscient, peut-être, mais la plupart des entrepreneurs sont conscients de la possibilité d’échouer, et ressentent une certaine peur. Mais sans doute se sont-ils  bien préparé à pareille aventure, et ont intégré des éléments qui leur permettent de maîtriser cette crainte.  Comment pouvoir maîtriser cette crainte, contrôler sa peur ?

–          Ne pas trop écouter ceux qui prédisent votre échec. Entreprendre est quelque chose qui n’est pas donné à tout le monde. Il faut pour cela une solide dose de caractère, et ceux qui essayeront de vous dissuader de vous lancer dans pareille aventure ne disposent généralement pas d’un caractère fort. Bien souvent, les choses négatives qu’ils vous prédisent ne sont jamais qu’un reflet de l’image qu’ils ont d’eux-mêmes. Soyez néanmoins toujours à l’écoute de ceux qui veulent  vous mettre en garde contre les risques potentiels d’entreprendre, mais qui ne vous en dissuaderont pas pour autant.

–          Voir l’échec comme une expérience qui permettra d’avancer. Réussir, c’est essayer et échouer mainte fois, et chaque fois recommencer plus intelligemment. Lorsqu’on réussit du premier coup, l’on savoure trop sa victoire que pour se demander quelles ont été les clés, les facteurs de ce succès. Lorsque l’on échoue, l’important est de d’abord l’accepter, et d’en tirer les enseignements. L’échec est souvent le résultat de choses que l’on n’avait pas prévu malgré une préparation minutieuse, et dont les enseignements que nous pouvons tirer nous permettront de développer d’autres stratégies plus efficaces. Autrement dit, il vaut mieux penser que l’on devra prendre un nouveau départ, et non recommencer tout depuis le début. L’expérience est probablement la plus haute valeur ajoutée que vous tirerez de votre vie d’entrepreneur.

–          Mettre des limites dans ce que l’on est prêt à perdre. Il est impératif de se dire que l’on ne sort pas toujours gagnant lorsque l’on se lance dans un projet d’entreprise. Si on se pose souvent la question de savoir combien je souhaite gagner, il est tout aussi important de se poser la question de savoir ce que l’on est prêt à perdre.  Le facteur risque sera toujours omni présent. Il faut à tout moment le mesurer, le maîtriser, mais au préalable il faut se fixer des limites au-delà desquelles on n’ira pas. Il n’y a pas de déshonneur à abandonner son projet. On peut être déterminé à faire le maximum et à aller le plus loin possible, mais l’orgueil ne doit pas nous mener à une perte irréversible, qui aura un impact négatif sur votre vie privée et celle de votre proche entourage.

–          Avoir un plan B et un plan Z. Un entrepreneur a toujours un projet d’avance, dit-on. Si votre projet ne réussit pas, mais que vous disposez de compétences qui vous permettent de faire rentrer des revenus plus facilement, optez pour cette solution. Par exemple, proposer des services de consultance à temps partiel, qui vous assureront un revenu de base, où bien même carrément vous trouver un job d’appoint. Il n’y a rien de déshonorant à faire un job alimentaire, surtout si le but poursuivi est d’atteindre l’objectif que l’on s’est fixé et d’être déterminé à le réaliser. Une attitude courageuse et de la débrouillardise sont bien deux qualités indispensables pour pouvoir avancer. Et si vraiment l’insuccès devait perdurer, et qu’il n’y a plus d’autres solutions, assurez-vous d’avoir un plan Z. Le plan Z, ce peut être tout simplement un proche qui vous soutient et qui vous offrira un toit et de quoi manger, le temps que vous puissiez vous relever.

Avant d’entreprendre, il est important d’identifier les facteurs qui font que vous ayez des craintes de vous lancer. En les identifiant et en y apportant des réponses concrètes, vous serez mieux préparés à faire face aux nombreux défis, vous aurez élaboré des alternatives qui permettront de corriger le tir. Le fait d’avoir préparé les choses fait que vous savez où vous allez quoi qu’il arrive. Le risque zéro n’existe pas, mais on peut le contrôler et le gérer.

Advertisements

About Eric Saint-Guillain

After 18 years as employee as accountant and controller for international companies, I launched my own activity in 2007 as financial consultant and interim manager. I am also investing time in non-profit organization. I am always pleased to learn everyday.
This entry was posted in Articles and tagged , , , , , . Bookmark the permalink.

One Response to Entreprendre et la crainte d’échouer

  1. Pingback: Entreprendre et la crainte d’échou...

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s